Un loup prend en chasse un motard

51c4d0b1410a9_preview-620 

De temps en temps, un article vient frapper l’attention.

Un cas d’espionnage. Une violation de droits de l’homme. Un scandale politique. Un loup chassant une moto ?

Croyez-le ou pas, ce dernier a défrayé la chronique récemment.

L’incident s’est produit le juin 8 dernier quand Tim Bartlett de Banff, Alberta, a pris sa nouvelle Yamaha pour une faire un tour le long de la route 93 dans le parc national de Kootenay du Canada.

A une demi-heure de chez lui, une tâche floue grisée a bondi devant Bartlett.

« Au début, j’ai pensé que c’était un coyote, » a indiqué Bartlett, qui se déplaçait à environ 90 kilomètres heure. « Puis, l’animal a dévié sa course et j’ai failli le heurter. »

Bartlett s’est rétabli et a tourné autour d’un loup imposant. Comme il venait de photographier une paire d’ours un peu plus tôt, il a extrait un appareil photo de sa poche avant et est retourné vers l’animal.

Mais plutôt que de prendre la pose, le carnivore canin a donné la chasse. Bartlett a été forcé de se sauver, et a pris des images en photographiant au-dessus de son épaule.

« Comme il venait très près, j’ai dû m’éloigner, » a dit Bartlett. « Il a couru un kilomètre. »

Par la suite, le trafic s’est intensifié, et Bartlett a accéléré pour éviter un accident. Le loup s’est attardé dans la poussière quelques instants, puis s’est volatilisé dans son domaine.

Alors que la rencontre était terminée, un autre chapitre de l’expérience de Bartlett a commencé.

Les moyens de communication canadiens se sont bientôt passionnés pour cette histoire. La CBC a interviewé Bartlett dans son journal télévisé de soirée, et l’histoire s’est propagée au-delà des frontières.

« J’ai parlé à tant de personnes, » a déclaré Bartlett. « C’est allé au-delà de ce que j’imaginais. »

Ce conte étrange a attiré les amoureux des animaux aussi bien que des scientifiques. Les fonctionnaires des parcs canadiens ont pris contact avec Bartlett afin d’analyser ses photos.

« Nos spécialistes pensent qu’il est possible que ce loup soit habitué au contact avec les humains » a dit Omar McDadi, un directeur de communication des parcs canadiens. « Il a pu avoir associé le motocycliste à une récompense potentielle de nourriture. »

Les commentaires en ligne ont proposé toutefois des théories alternatives. Il a été suggéré qu’il puisse s’agir d’un individu à moitié-chien, ou d’un prédateur désespéré et certains ont même laissé entendre que les preuves photographiques auraient été truquées.

McDadi, biologiste spécialiste de la faune sauvage, a dit qu’au moins 8 à 11 loups gris résident dans le parc national de Kootenay, en Colombie-Britannique. Ils utilisent souvent des routes comme couloirs de migration, mais McDadi a précisé qu’une confrontation aussi intime était « rare. »

En ce qui concerne la possibilité d’un hybride, McDadi a précisé que l’on ne peut rien éliminer a priori dans les étendues sauvages canadiennes.

« Cela montre la fascination du public pour la faune sauvage, » a-t-il dit au sujet des hypothèses aussi variables.

Bartlett a suggéré que le loup ait pu être intrigué par le bruit de son moteur. Il a dit son propre border collie prenait également en chasse les motos.

« C’est le bruit de l’engin et de l’échappement, » il a dit. « Je n’ai jamais pensé qu’il essayait de m’attraper ou quelque chose y ressemblant. Je pense que cela s’approchait plus d’un jeu que de n’importe quoi d’autre. »

Depuis la rencontre de Bartlett, des observations semblables de loups le long du même tronçon de la route renforcent l’idée que le loup ait été accoutumé à l’homme. McDadi a également souligné qu’une femme a été vue en train de nourrir un loup de biscuits dans le même secteur l’été dernier.

McDadi a dit qu’il espère que l’histoire du canin amoureux de moteurs ne posera pas de problème vis-à-vis de la saison touristique d’été.

« Nous devons de temps en temps abattre quelques animaux, » a-t-il déclaré. « Mais le sentiment prépondérant actuel est que beaucoup de personnes espèrent voir le loup survivre. »

Et pour l’authenticité, Bartlett a qualifié son expérience de véritable, quoique légèrement surréaliste.

« Vous pensez : est-ce vraiment arrivé ? » a-t-il dit. « C’était simplement un de ces moments où se manifestent des phénomènes de la nature. »

 

Brett Berntsen, étudiant à l’université de journalisme du Montana et interne au Missoulian

http://missoulian.com/news/local/wolf-that-chased-motorcycle-in-b-c-likely-human-habituated/article_7e60ed26-e057-11e2-b510-0019bb2963f4.html

 

Wolf that chased motorcycle in B.C. likely human-habituated, official says

Every once in a while, a news story comes a long that screams for attention.

An espionage case. A human-rights violation. A political scandal. A wolf chasing a motorcycle?

Believe it or not, the latter held its own among certain crowds recently.

The incident occurred June 8 when Tim Bartlett of Banff, Alberta, took his new Yamaha for a spin along Highway 93 in Canada’s Kootenay National Park.

Half an hour from home, a gray blur shot in front of Bartlett.

“Initially, I thought it was a coyote,” said Bartlett, who was traveling around 90 kilometers an hour at the time. “Then it took a bit of a deviation and I just about hit it.”

Bartlett recovered from the near miss and turned around to find a hulking wolf staring him down. Having photographed a couple of bears earlier, he pulled the camera from his front pocket and started back toward the animal.

But rather than strike a pose, the carnivorous canine gave chase. Bartlett was forced to flee, snapping pictures over his shoulder.

“He would come pretty close, so I would pull away,” Bartlett said. “It went on for a kilometer.”

Eventually traffic started entering the picture, so Bartlett grabbed the throttle to avoid any accidents. The wolf lingered in the dust for a few moments before disappearing back into its domain.

While the encounter was over, another chapter of Bartlett’s experience had just begun.

Canadian media outlets soon latched onto the story. The CBC interviewed Bartlett for its evening newscast and the story promptly went international.

“I’ve talked to so many people,” Bartlett said. “It went way bigger than I imagined, the reason being it was so usual.”

The bizarre tale attracted animal lovers as well as scientists. Officials from Parks Canada approached Bartlett, eager to analyze his photos.

“Our specialists suspect it may have been a human-habituated wolf,” said Omar McDadi, a communications manager with Parks Canada. “It may have associated the motorcyclist with a food reward.”

Comments posted online had alternative theories, however. Claims suggested the wolf was a half-dog crossbreed, a desperate predator and some even hinted that the photographic evidence was faked.

McDadi, a wildlife biologist, said at least eight to 11 gray wolves are confirmed to reside in Kootenay National Park, in British Columbia. They often use highways as migration corridors, but McDadi described such an intimate confrontation as “rare.”

Concerning the possibility of a hybrid, McDadi said you can’t rule out anything in the vast Canadian wilderness.

“It really speaks to the public’s fascination with wildlife,” he said of the varying explanations.

Bartlett proposed the wolf was intrigued by the sound of his engine. He said his border collie used to chase motorcycles as well.

“It’s the sound of the bike like the exhaust,” he said. “I didn’t think it was trying to rip me apart or anything. I think it was more of a play than anything.”

Since Bartlett’s encounter, multiple sightings of a similar-looking wolf along the same stretch of highway give weight to the acculturation idea. McDadi also noted that a woman was seen feeding a wolf crackers in the area last summer.

McDadi said he hopes the motor-loving canine doesn’t pose problems as the summer tourist season continues.

“We do occasionally have to put some animals down,” he said. “But prevailing sentiment is that a lot of people are hoping to see the wolf survive.”

And as far as authenticity, Bartlett called his experience genuine, albeit slightly surreal.

“You think, ‘Did that just happen?’ ” he said. “It was just one of those freak-of-nature moments.”

Brett Berntsen is University of Montana journalism student and an intern at the Missoulian

Les commentaires sont fermés.