Contact avec des loups sauvages

Témoignage de Xavier G. :
J’ai rencontré votre site en cherchant à reconnaître la différence entre des loups et des chiens. Je cherchais plus précisément à reconnaître si j’avais un jour rencontré des loups ou des chiens …
C’était début septembre 2015, à Wemotaci, une réserve autochtone de 1400 habitants, à environ 200km au Nord géographique de Montréal. J’avais déjà été impressionné de ces chiens qui se promènent librement dans le village. Ils ont toujours un comportement amical, viennent chercher les caresses, je n’en ai entendu aucun aboyer. Ils m’avaient semble être des Husky, mais je m’y connais peu.
Je campais à environ 2 km du village, 1/2 heure de marche. Je quittais le village une fin d’après midi, et à la sortie du village je croise deux de ces chiens qui semblaient y aller. De beaux et solides animaux, légèrement plus grands qu’un gros berger allemand ; l’un noir, l’autre gris.
A mon niveau, ils s’arrêtent, s’approchent, semblent me demander des caresses. Je suis impressionné, les mâchoires sont consistantes! Mais tout va bien, je ne ressens aucune agressivité de leur part, ils sont amicaux. Celui qui me mordille la main semble me parler, cela ressemble plus à un ronronnement qu’à un grognement !
Je ne suis pas pleinement à l’aise, je suis à leur merci, je n’ai plus la possibilité de fuir… Pas de geste brusque, pas trop de rapprochement non plus de ma part, se sont eux qui viennent au contact, pas moi. Cela dure plusieurs minutes… Quand ils semblent repartir vers le village je reprend mon chemin, à la fois ému et rassuré.
Mais je me trompais, ils sont revenus vers moi, me dépassent, vont dans le bois, reviennent sur le chemin, m’attendent, repartent vers l’arrière, l’avant ou le coté… Mais ils m’accompagnent comme mon chien pouvait m’accompagner quand j’habitais en milieu rural en France il y a plus de 20 ans. Leur trot semble léger, mais qui est tout de même assez rapide ; ils pourraient parcourir de longue distances c’est certain.
Cela dure la demie heure de ma marche. Je me demande ce que je vais faire en arrivant ; ils se lient d’amitié avec moi, comment leur répondre ? Je n’ai rien à leur donner à manger, et je ne me vois pas les accueillir dans ma tente ! En arrivant, d’autres campeurs étaient arrivés pour le pow-wow quelques jours après. Ils avaient un petit chien qui a aboyé un peu en voyant mes amis. Ils se sont éloignés sans changer le rythme de leur promenade. Le temps que je salue mes voisins de campeurs, je n’ai plus revu ces animaux.
Peu après je demandais à un local, en désignant des chiens du village, si ils ne ressemblaient pas à des loups ; “Oui, ils sont juste un peu plus grands”. Qui étaient donc ceux que j’avais rencontré ?
Rentré chez moi je cherche à quoi ressemblent les loups … Je tombe sur cette vidéo : https://youtu.be/pi3KPf1LuLM Était-ce un peu surjoué, avec des chiens qui ressemblent à ceux que j’avais rencontré ? Je continue de chercher et je tombe sur votre page https://www.canislupus.fr/le-loup-et-le-chien/ . Les différences ne sont pas si évidentes par rapport aux huskys, mais ce n’est pas la même tête. Je n’ai pas de photo pour revoir la grosseur des pieds, la longueur des pattes ou la largeur des épaules … Mais il reste les souvenirs des comportements. Quand vous parlez de “trot décontracté d’une grande très grande endurance” je reconnais bien ceux que j’ai rencontré. Et puis quand vous parlez de “langage corporel le plus évolué” … Je m’y étais laissé tromper, j’avais cru que mes animaux devaient bien connaître les hommes pour savoir m’exprimer autant de choses, ils paraissaient si amicaux et proches. Dois-je comprendre que la richesse de leur expression est une de leur caractéristique de loup ? C’est vraiment impressionnant si c’est cela.
Ma perspective de l’histoire entre les hommes et les chiens à changé. L’homme aurait il domestiqué le loup qui serait devenu chien ?
Et si c’était plutôt le contraire ? Je n’ai pas apprivoisé ces animaux, ce sont eux qui m’ont apprivoisé. C’est moi qui n’ai pas su répondre à cette proposition amicale. Si 40% des loups sont en dispersion, à la recherche d’une meute, se peut il qu’ils soient venus voir des hommes pour se protéger du risque de l’isolement ? En tout cas, si je devais vivre dans le bois plus longtemps, j’aimerais avoir des compagnons comme eux.
Merci pour votre site, une autre forme de rencontre avec les loups. J’ai aimé ces deux rencontres. Était-ce vraiment des loups ? le saurais-je jamais ?
J’espère que mon histoire vous a plu aussi. Elle est sincère et véritable, soyez en sûrs..

Canislupus.fr : Merci pour ce sympathique témoignage. J’ai eu une expérience (moins spectaculaire) avec des loups sauvages une seule fois. Ces rencontres avec un contact prolongé sont très rares, c’est dire que ce type d’expérience est un privilège.
Les loups de la vidéo que vous avez mentionnée dans votre message ont été imprégnés, c’est à dire élevés au biberon et mis en contact avec des humains avant leur phase d’aversion qui se situe durant leur 2e mois. Même imprégnés, il est rare d’avoir des loups rentrant aussi facilement au contact, mais ce n’est pas impossible. C’est même sur ce principe d’imprégnation d’une espèce très sociable par nature qu’ont été fondées les races de chiens primitives.
La richesse des expressions corporelles du loup est bien ce qui le différencie le plus de son descendant le chien. Le sautillement léger mais très prononcé avec les pattes arrières jointes en bas est un indice fort, car très peu de chiens ont cette démarche, et les Huskies ou les Malamutes ne l’ont pas du tout. La tête typique sur un cou fort, assez long et très souple (un loup peut toucher son arrière train avec sa truffe en se penchant en arrière sans effort) permet de conclure en général.
Dans votre cas, rien est exclu. En prenant l’hypothèse que vous avez rencontré des loups, il s’agissait alors probablement de jeunes loups venant de former un couple, c’est à dire d’un mâle qui était en dispersion et qui a formé un couple avec une femelle issue d’une meute. La curiosité est très forte chez les jeunes individus, et une meute mature comporte plus de deux loups. Une autre possibilité est qu’il s’agisse d’animaux anciennement captifs et imprégnés, dont le comportement reste amical envers les (certains) humains.
Les loups canadiens ont les yeux ambres (clair à soutenu). Jamais bleus. Jamais marron foncé

Les commentaires sont fermés.